Location de Chalet à La Clusaz : \"Chez Ravoux\"

Location de Chalet à La Clusaz : \

Les Confins, un plateau béni des cieux

Les Confins, un plateau béni des cieux

le-lac.jpg
 

Le site des Confins est le point de départ de nombreuses balades.

Dominique Thovex les connaît comme sa poche. Photo DL/Greg YETCHMENIZA 

 

dominique.jpg

Dominique Thovex est né aux Confins. Un plateau qu’il n’a jamais quitté depuis. Accompagnateur en montagne et guide du patrimoine des Pays de Savoie, il a conscience d’être un privilégié : il fait partie de la vingtaine de familles qui résident dans ce hameau particulièrement préservé.

 

Le hameau du bout du monde

 

« Les Confins, c’est la plus belle des vallées, après le mont Saint-Michel et les chutes du Niagara… C’est d’ailleurs une des sept merveilles du monde!» plaisante-t-il. Son hameau chéri porte bien son nom : ici, on a le sentiment d’être au bout du monde, aux confins de la planète... La route s’arrête d’ailleurs au parking de l’Arpettaz, point de départ de moult randonnées sympas.

le-plateau.jpg

« On peut faire la jonction avec le Grand-Bornand. Au village, en 1h30 à 2 heures de marche en traversant au pied de la pointe Percée ; ou en 3 ou 4 heures, par le col des Annes jusqu’au Chinaillon » précise le spécialiste, qui aime à raconter qu’autrefois, personne n’habitait ici l’hiver, la route d’accès étant impraticable.

 

Aujourd’hui, les beaux chalets en bois sont occupés à l’année. «mais il n’y aura plus d’autres constructions, le site est préservé.» Personne ne s’en plaindra, sûrement pas les touristes qui viennent ici prendre un grand bol d’air pur, au son des cloches des vaches. Avec une vue imprenable sur le petit lac glaciaire où s’éclatent les allumés du Défi Foly. Et sur les sommets des Aravis : Balme, tête Pelouse, trou de la Mouche, Paccaly, Tardevant et la pointe Percée qui culmine à 2 752 mètres. Une chaîne, qui est aussi un site préservé pour la faune, avec une réserve de chasse qui couvre 3 800 hectares. Il y avait urgence : en 1966, il ne restait plus qu’une dizaine de chamois; en 2007, ils étaient un millier.

 

« C’est seulement dans les années 70-80 que le plateau a commencé à être fréquenté. Tout est parti des Jeux olympiques de Grenoble en 1968, qui ont marqué le début d’une réel engouement pour le ski de fond » raconte le natif des Confins.

 

title.jpg

Le plateau des Confins est désormais un spot prisé, où les champions mondiaux de la discipline s’affrontent régulièrement l’hiver. Savent-ils que la jolie chapelle plantée à 1408 mètres a été érigée en 1833, à la suite d’une année de fortes gelées qui avaient détruit toutes les récoltes? «Depuis, on dit que si on veut du beau temps, il faut prier aux Confins ; en revanche, si on a besoin de pluie, il faut aller à celle qui a été construite au col des Aravis. »

 

Plus aucun doute possible, ce hameau est réellement béni des cieux...

 

par Isabelle DAVIER Extrait du Dauphiné Libéré du 11/08/2013 Edition de Haute-Savoie



11/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres